Ce site utilise des cookies pour l'améliorer. Continuer la navigation sur ce site implique votre acceptation.

 

Décédés Isère

Allocution du colonel Jean-Loup NOËL, président de la section DPLV de l’Isère
prononcée le 23 octobre 2018 lors des obsèques d’Édouard COHEN-SOLAL

Edouard Cohen Solal

Edouard Cohen-Solal
DPLV n° 8154 du 13 janvier 1960

 

Si mon épouse et moi pouvons nous honorer d’une amitié forte mais respectueuse avec Edouard, sans oublier Jeannette, c’est que celle-ci débuta il y a fort longtemps lors de notre rencontre avec lui, dans le cadre des associations patriotiques, en 1990.
Aujourd’hui, c’est au grand soldat qu’il fut et au grand défenseur de nos valeurs qu’il devint au sein de notre association des membres de la Légion d’honneur décorés au péril de la vie que je veux rendre hommage.
Né à Sétif le 21 mars 1925 dans une famille modeste, orphelin de père très tôt, Edouard avait 15 ans quand le gouvernement de Vichy abolit le 7 octobre 1940 le décret Crémieux qui accordait la nationalité française aux Juifs d’Algérie ; il devint alors une sorte d‘apatride, privé de ses droits civiques.
Exclu pour cela du lycée, il vécut difficilement cette période, résistant à sa façon, en dessinant des croix de Lorraine sur les murs. Heureusement trois ans plus tard, fin 1943, un an après le débarquement allié, le gouvernement provisoire de la France libre décidait de rétablir le décret Crémieux.
Je suis persuadé que ce retour à la dignité de citoyen fut pour lui un puissant ressort qui le poussa à choisir la carrière des armes par reconnaissance à la France de lui avoir rendu la fierté qu’on lui avait ôtée.
C’est ainsi qu’en 1945 il intégra, comme 2400 français dont la plupart avait déjà combattu, l’école de Saint-Cyr. C’était la promotion « Victoire».
En 1948, passé par l’Ecole d’application du génie, le lieutenant Cohen-Solal est affecté au 71ème bataillon colonial du Génie en Indochine.
Ce fut le début d’une carrière brillante et prometteuse, récompensée par deux citations élogieuses, le qualifiant « d’officier magnifique », alliant « courage et ténacité ».
Malheureusement, le 26 août 1949, il est grièvement blessé par balles et devra être rapatrié en France, où pendant deux années au Val de Grâce, se succéderont opérations et soins divers.
Le 14 août 1956, capitaine au 4èmerégiment du génie à Grenoble, titulaire de deux citations dont une palme, il est fait chevalier de la Légion d’honneur à titre exceptionnel.
Il avait entre-temps connu Jeannette et, devenu civil, il se retira à Tréminis, petite commune du Trièves où il fit bénéficier ses habitants de ses connaissances de sapeur en matière d’aménagement et d’assainissement
C’est seulement en 1990 que je fis la connaissance d’Edouard après avoir été moi-même reçu comme membre titulaire dans notre association. Lui-même y était déjà un ancien, reçu en 1960 par le colonel Tanant, ancien chef d’Etat-major du maquis du Vercors, président de la toute nouvelle section Isère, crée en 1959. En 1975, il était présent au premier congrès DPLV à Toulon, organisée par le général Touzet du Vigier, président national. Il avait alors trouvé là l’occasion de servir à nouveau dans un cadre qui était le sien, celui des valeurs patriotiques, de l’Honneur et de la Patrie.
C’est ainsi qu’il participa, en tant que secrétaire général de la section, à la création de deux nouvelles sections, celles du Jura et celle des Savoie, les 12 et 13 octobre 1984.Elu au conseil d’administration depuis plus de 15 ans, il était vice-président national en 2000 quand, au décès du général Simon, il assura la transition avec M. Rouquette et le général Juthier en attendant l’élection du Général Gaget à la présidence.
Par son expérience, par son aptitude à englober tous les aspects et les conséquences d’une éventuelle décision, sa réponse était toujours écoutée. Ce fut en particulier le cas quand il s’est agi de modifier nos statuts, en 2002 et en 2009 ; ses propositions furent à la fois empreintes de modernité et fidèles à l’esprit de l’association.
Pour tout ceux d’entre nous qui l’ont bien connu et apprécié, c’est une grande partie de notre mémoire de l’association collective qui a disparu et qui nous manquera.

 

Vous êtes ici : Accueil Sections Section Isère Décédés Isère Obsèques d’Édouard COHEN-SOLAL