Ce site utilise des cookies pour l'améliorer. Continuer la navigation sur ce site implique votre acceptation.

 

Colonel André BERJON

21 AVRIL 1921     -     02 février 2017

Berjon

Commandeur de la légion d’honneur
Croix de guerre 39/45 avec palmes

Le Colonel André BERJON est né le 2 avril 1921 à Lisieux. Son père était cheminot.

En 1936, à 15 ans, son père, muté à la gare du Mans, le fait entrer à la grande école d’apprentissage des Chemins de fer au Mans dont il sort diplômé fin 1939. Il devait faire une carrière de cadre à la SNCF, mais la guerre en décida autrement.

Le 10 mai 1940, la France est envahie. Le 17 juin, il se trouve en gare d’Angers sous un bombardement allemand. Il est blessé par 11 éclats lorsqu’une bombe éclate à 10 mètres de la locomotive sous laquelle il s’était réfugié.

En 1941, il entre en résistance. Il est alors chauffeur de locomotive au dépôt du Mans et forme un groupe de Franc Tireurs Partisans dans le but de couper les lignes téléphoniques, saboter les conduites d’air comprimé des trains de marchandises, et poser des bombes dans les cafés fréquentés par les Allemands.

En 1942, ses actions au Mans lui valurent d’être nommé Responsable militaire des Côtes du Nord où il continua à monter des actions de sabotage.

En 1943, il est nommé Responsable militaire de la Région de Bretagne. Son premier grand succès eut lieu le 10 juillet 1943, à 10 km à l’Est de Rennes, où il put faire dérailler un train de permissionnaires allemands. En l’absence d’explosif, le sabotage était fait manuellement, de nuit, en dévissant les tirefonds, puis en disjoignant une éclisse et en écartant les rails. La locomotive dérailla et fut alors télescopée dans la foulée par un train de troupes allemand qui arrivait en sens inverse où on dénombra de nombreux morts et blessés. Il a alors le grade de Lieutenant-colonel FFI.

Recherché par les allemands, il échappa à plusieurs arrestations. Ses supérieurs parisiens l’ont alors exfiltré de Bretagne et nommé Responsable miliaire de la Région Nord comprenant Ardennes et Meuse où il organisa les groupes destinés à mener des actions de sabotage et à monter des embuscades contre les convois allemands.

En 1946, il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur, à 25 ans, pour services exceptionnels dans les F.F.I.

Promu au grade de Capitaine en 1949.

1948-1950 : Il est affecté en Indochine au 1er RCP et participe à toutes les opérations du Bataillon dont 3 aéroportées. Il y a été blessé par une grenade piégée et a obtenu 2 citations à l’Ordre du Corps d’Armée.

1956-1959 : Affectation au 9ième RCP et départ pour l’Algérie dans les Aurès, et nouvelle séparation de la famille. . Il obtient une Citation à l’ordre de la Division et une autre Citation à l’ordre de l’Armée pour plus de 70 opérations dans l’Est Constantinois à proximité de la frontière tunisienne au cours desquelles les rebelles subiront des pertes très importantes action contre les rebelles. Je cite : « Tacticien remarquable, a dirigé avec un sens pratique développé des actions de contre-guérilla en permettant de sécuriser une région difficile où les rebelles circulaient à peu près librement, occasionnant une insécurité permanente».

1960 : promotion au grade d’Officier de la Légion d’Honneur.

Entre 1960 et 1968 : retour en France, la famille est de nouveau réunie.

1970-1973 : Sa dernière affectation de prestige : il part en Allemagne à Trèves et prend le commandement du Centre de Formation Commando de la 1ière Division. La formation dispensée, très physique, axée sur le goût du risque, l’endurance, l’esprit de groupe, convenait parfaitement à son caractère.

Le 1er décembre 1973 : après 32 ans de service dont 15 ans de campagnes (France en guerre, Allemagne, Indochine, Algérie), sonna la fin de sa carrière militaire et l’heure de la retraite.

Il s’investit dans le secteur associatif et patriotique

En mai 1997 : Il est promu au grade de Commandeur de la Légion d’Honneur des mains du Général de corps d’Armée BOUDIS, un héros de Bir Hakeim.

Le colonel André BERJON s’est éteint le 2 février 2017.

Vous êtes ici : Accueil Sections Section Isère Décédés Isère